jeudi 15 juin 2017

L'albatros d'Amsterdam

Espèce classée "en danger critique d'extinction" par l'UICN, l’albatros d’Amsterdam fait l’objet depuis 2011  d’un plan national d’action, qui sera renouvelé pour cinq années à partir de 2017. 

C’est donc l’occasion de (re)découvrir cet oiseau magnifique.

L’albatros d’Amsterdam, Diomedea amsterdamensis, est un des plus grands albatros. Son envergure peut atteindre 3,4 m et il peut peser près de 8 kg. 
C’est une espèce endémique de l’île d’Amsterdam qui niche sur le plateau des Tourbières (Roux 1983).
 Albatros d’Amsterdam au plateau des Tourbières © Florian Leemann 


 Albatros d’Amsterdam au plateau des Tourbières  © Manon Devaud 

L’adulte est globalement brun avec la tête, le cou et le ventre blanc. Le bec est rose chair avec une ligne typique brun foncée sur la mandibule supérieure le long de la commissure (Roux 1983). L’extrémité des mandibules constituent une tâche foncée différente du reste du bec. Le mâle est plus gros que la femelle.
Trois albatros d’Amsterdam adultes en début de parade © Manon Devaud

Le plateau des Tourbières, site de nidification de l’espèce, est situé à 500-600 m d’altitude et est constitué d’un milieu humide à végétation basse de type tourbière, relativement riche en mousse.

L’espèce étant bi-annuelle, un seul poussin par couple naîtra tous les deux ans. Si la reproduction échoue tôt dans la saison, une nouvelle tentative pourra avoir lieu l’année suivante. 
Dès lors que la première reproduction a réussi, les deux individus du couple d’albatros d’Amsterdam sont très fidèles.

Couple d’albatros d’Amsterdam au milieu de la végétation basse du plateau des Tourbières © Manon Devaud


Cycle biologique
Vers la fin janvier, les mâles arrivent sur le plateau suivis quelques jours après par les femelles. Les parades ont lieu entre la mi-février jusqu'à la mi-mars ainsi que la ponte des œufs. L’incubation de ces derniers est réalisée tour à tour par les parents. 
Après la mi-mai, l’éclosion a lieu pour donner naissance à un poussin doté d’un duvet gris clair quasi blanc. Les adultes vont élever leur poussin jusqu'à fin décembre en faisant des allers-retours en mer afin de trouver des ressources alimentaires. 
En décembre, les poussins finissent de muer, le premier plumage est entièrement brun foncé, excepté pour la face qui reste blanche et le dessous des ailes qui est semblable à celui des adultes. 
Puis la dernière grande étape du cycle se déroule début janvier : l’envol des poussins. Ces derniers partent pour une grande aventure en mer de plusieurs années (4-5 ans) avant de revenir sur terre (sur le plateau des Tourbières) afin de s’y reproduire.
Poussin d’albatros d’Amsterdam en janvier 2017 devant le Vulcain, cratère présent sur le plateau des Tourbières © Manon Devaud

Inchausti et Weimerskich (2001) relatent la présence probable de 320 individus avant 1960. En 1981, 7 couples ont été observés (Roux). En 2011, la population est estimée à 160-170 individus (Weimerskich 2011). 
À ce jour il y aurait environ 250-300 albatros d’Amsterdam.

Albatros d’Amsterdam se déhanchant © Manon Devaud

Rédaction Manon Devaud - Ornitho-Eco Programme 109 IPEV-CNRS de Chizé

Bibliographie
Inchausti P., Weimerskirch H,. 2001. Risks of decline and extinction of the endangered Amsterdam albatross and the projected impact of long-line fisheries. Biological Conservation 100 (2001) 377–386.
Jouventin, P., Martinez, P., Roux, J., 1989. Breeding biology and current status of the Amsterdam Island albatross. Ibis 131, 171189.
Roux, G., Jouventin, P., Mouguin, J., Stahl, J., Weinmerskirch, H., 1983. Un nouvel albatros (Diomedea amsterdamsis nova species) découvert sur l’île Amsterdam (37_500S, 77_350E). Oiseau et R.F.O 53, 1–11.
Weimerskirch H., Delord K., Thiebot JB., 2011. National Plan of Action for the conservation of the Amsterdam albatross Diomedea amsterdamensis: potential risks from long line fisheries in the IOTC zone. IOTC.