mercredi 19 octobre 2016

Anniversaire de la Réserve Naturelle (suite) : Le Phylica , retour sur les actions menées

Seul arbre autochtone de la Réserve Naturelle des Terres Australes Françaises, le Phylica arborea (famille des Rhamnaceae) est présent uniquement sur l’île d’Amsterdam et au sein de l’archipel Tristan da Cunha, au milieu de l’océan Atlantique. Afin de préserver cette espèce végétale, celle-ci a été inscrite au sein d’une action du plan de gestion de la réserve naturelle.


La restauration du Phylica arborea sur l'île se décline plus concrètement à travers la récolte de graines sur site, la mise en culture de plants en pépinière et leur réintroduction en milieu naturel. 

L’objectif est d’aboutir, par replantation, à des patchs de Phylica suffisamment nombreux, denses et sains pour que l’expansion naturelle de ces noyaux de population permettent de reconstituer à long terme la couverture originelle en Phylica. D’après les descriptions des premiers navigateurs, le Phylica formait une ceinture d’environ 1 500 hectares (VLAMING - 1696) allant du nord au sud par le versant est.
En 1980, elle n’était plus que de 5 ha suite à des incendies répétés, la présence de bovins et d’espèces végétales introduites.

Photo 1 : Petits Phylicas deviendront grands...
Les capsules contenant les graines destinées à la production des futurs arbres sont prélevées sur les individus âgés issus des premières plantations des années 90 menées par un programme scientifique de l’IPEV (Institut Paul Emile Victor). Après sélection des graines viables, le processus de germination débute par un traitement chimique destiné à activer la germination (« levée de dormance »).
 Les graines sont ensuite mises pendant un mois en étuve à température constante. Les premières graines germées apparaissent environ une semaine après. Au fur et à mesure que les graines germent, elles sont insérées dans des plaques de semis à l’abri dans une petite serre (cf. Photo 1).

Une fois les plantules suffisamment développées (au bout de quelques mois), l’agent de la Réserve Naturelle en charge de la pépinière les repique dans des pots et les place dans des châssis clos dont seuls les battants (partie supérieure) sont amovibles.
Leur adaptation progressive aux conditions climatiques de l’île s’opère par l’intermédiaire des différents châssis présents dans la pépinière de la Réserve naturelle (protection supérieure en plaque de polycarbonate, moustiquaire, ombrière, etc.).
Après un développement de deux ans en pépinière, les plants sont enfin prêts pour leur réintroduction en milieu naturel (cf. Photo 2).
Photo 2 :Départ de 150 plants pour une plantation réalisée le 10 octobre dernier

En 2016, la barre des 3 000 plants réintroduits par les agents de la réserve a été franchie. Les sites de plantation se situent tous sur la partie nord de l’île entre le secteur de La Recherche et de la Coulée Heurtin. Un héliportage en avril 2016 a également permis de réintroduire des Phylica dans la zone sud au secteur de Del Cano (cf. carte ci-dessous).
Carte des réintroductions de Phylicas depuis 2012
Bien que le taux de reprise soit très satisfaisant (moins de 10% de perte), la problématique de régénération naturelle perdure. Les rats et souris, en s’attaquant à différentes parties des Phylica (plantules, graines…), pourraient avoir un impact non négligeable sur le potentiel de propagation des arbres.
De plus, les espèces végétales introduites (principalement la houlque laineuse) sont très concurrentielles. Elles limitent ainsi les possibilités de germination et de développement des graines.

À terme, les plantations de P. arborea couplées aux mesures d’éradication des espèces végétales et animales introduites contribuent à la restauration de l’île d’Amsterdam et à se rapprocher de l’environnement originel de l’île.

Rédaction : Olivier Giraud- Florian Liemann-Lise Chambrin- Clément Quétel

dimanche 16 octobre 2016

La Réserve Naturelle des Terres Australes Françaises à 10 ans

Créée le 3 octobre 2006, la Réserve Naturelle des Terres Australes Françaises fête ses 10 ans !

C'est donc le moment de présenter les différentes actions menées sur Amsterdam, dans le cadre de la Réserve Naturelle :



Résultats d'un long processus d'évolution naturelle dans un contexte d'isolement et de conditions environnementales extrêmes, la flore de ces îles présente des adaptations originales, sans équivalent et reste largement préservée notamment grâce à l'action menée par la réserve depuis 10 ans.

Le plateau des Tourbières depuis le Mt Fernand

Toutefois, l’état de conservation des milieux naturels d’Amsterdam est très hétérogène. 
Les milieux de basse altitude, gardent les séquelles historiques de la présence de bovins et des incendies à répétition, et contrastent avec les milieux d’altitude, aux conditions climatiques plus contraignantes et bien souvent exempts de toutes espèces végétales introduites.


Cartographie des inventaires "Atlas flore"

Pour mieux comprendre la dynamique des écosystèmes, suivre leur évolution et celle des communautés végétales associées face aux changements (naturels ou anthropiques) de leur environnement, des suivis à long terme, ainsi que des inventaires exhaustifs, ont été mis en place, cette année, par la Réserve et pour la première fois sur le district d’Amsterdam. 

Ces derniers permettent ainsi d’étudier la composition floristique, la dynamique et la répartition géographique des communautés végétales identifiées.
Plantago stauntoni
(espèce endémique de l'île)
Les multiples prospections, réalisées chaque année par les agents de la Réserve (mais également par le programme scientifique N°136 de l’IPEV), ont permis d’améliorer les connaissances sur la flore indigène d’Amsterdam. Cette dernière se compose ainsi de 26 espèces de plantes vasculaires.

Eradication de figuiers (espèce introduite).
 Action réalisée par les agents de la RN
avec l'aide des hivernants
Cependant, cette faible diversité et le climat subtropical de l’île, favorisent aussi l’installation voire la propagation d’espèces exogènes, principalement européennes.

Dès lors, l'éradication des espèces végétales introduites apparaît indispensable pour protéger les écosystèmes natifs. De tels programmes sont réalisés depuis plusieurs années par la Réserve naturelle, ainsi qu'un suivi régulier des opérations réalisées pour s'assurer de leur efficacité




Enfin, afin de sensibiliser l’ensemble des hivernants à la diversité floristique de leur île, un herbier a été réalisé cette année et sera complété dans les années à venir. Il contient, à ce jour, 61 planches ainsi qu’un glossaire botanique, en consultation libre dans les locaux de la Réserve.
Herbier de la RN sur Amsterdam

Julien Mieusset-Lise Chambrin -Clément Quétel 

dimanche 2 octobre 2016

Les « manips »

Dans le jargon des TAAF les " manips " sont les sorties sur le terrain. 

On distingue les "manips" travail et celles des loisirs, mais les deux répondent aux mêmes mesures de sécurité et doivent faire l’objet d’une autorisation délivrée par le chef de district.

Elles permettent aux hivernants de sortir de la base, de découvrir l’île, de participer aux activités de préservation de la réserve naturelle (nous reviendrons sur ce sujet prochainement) et d’apporter leur aide pour certains programmes scientifiques.

Pour tous, c’est un moment d’échange et d’enrichissement personnel.


Voici quelques exemples illustrés :

Baignade avec les otaries - Photo Marine Q.
Suivi des colonies d'Albatros Site d' Entrecasteaux - Photo Julien M.
Baguage d'otarie à la Mare aux Eléphants (MAE) 
Progression sur la côte ouest
- Photo Florian L.